christina mirjol


    ROMANSTHÉÂTRERÉCITS



Accueil
Vers  Livres
Vers  Revues
Vers  Carnet
Vers   Théâtre
Vers  Portrait
Vers  Echos

Vers  Rencontres
Vers  Liens
Contact


Carnet

Carnet 

P
resque tous les livres commencent dans un carnet. On y griffonne dessus des petits bouts fébriles car le livre à venir est déjà une obsession.
Rien n'est plus intime que ces pages exemptes de toute censure, rien n'est aussi plus secret. Tout ce qu'aucun livre ne dira se trouve là
.
Disons-le, le carnet que voici n'est pas un vrai carnet. Le carnet en ligne n'a rien d'un véritable carnet. Il est un carnet sans secrets, il n'est pas ce lieu sans adresse où dort l'écriture silencieuse.



U. www.christinamirjol.com
E. contact@christinamirjol.com

© Christina Mirjol 2011
Mentions légales

Vers Lectures
Evénements Événement
Vers Fragments
Vers Galerie
Vers
Radio





 

   LECTURES


MICHEL VOLKOVITCH
PAGE D'ECRITURE


Symbolewww.volkovitch.com

Le blog de Michel Volkovitch est un concentré de trouvailles et d'érudition. On peut s'y promener à loisir dans les différentes rubriques, avec un arrivage tous les 1er du mois... Insolent, généreux, instructif et drôle, on ne se lasse pas de le suivre dans ses passionnantes déambulations et de découvrir sa prose virtuose, hilarante et corrosive.


Brève n° 166, juillet 2017

Parmi ses conseils de lecture,

il me fait la surprise de citer

Les petits gouffres,

dans ses brèves de juillet.


Une autre bonne surprise de cet été : Michel Volkovitch me fait figurer, ce mois d'août, parmi ses invités du mois.













Les petits gouffres

            

            
SymboleL'invité du mois :

             

             Christina Mirjol
               Deux nouvelles
          
  Angélique

             Marie-Louise


  
 


 


FRANÇOIS THIBAUX
LES ROIS BARBARES


Éditions Le Manuscrit

Symbole Prix Loin du marketing

François Thibaux a reçu le 15 août 2017 le prix Loin du marketing, qui, comme son nom l'indique, couronne un livre qui n'a guère de chance d'être repéré par les médias. Un grand prix !


Ma lecture des "Rois barbares" reste en ces derniers mois une de ces rares  rencontres littéraires. J'y ai savouré chaque nouvelle, éprouvant une immense émotion à côtoyer ces pauvres disparus, nos semblables, aussi ordinaires que rois d'une prose magnifique. L'être humain est au coeur de la poésie de ce grand auteur, c'est pourquoi ce dernier, en plus de nous éblouir, nous étreint.


data:image/jpeg;base64,/9j/4AAQSkZJRgABAQAAAQABAAD/2wCEAAkGBxMSEhUSEhIWFRUXFRUSFRUXFhUVFRgYFRYWFhUVFhUYHSggGBolGxUVITEhJSkrLi4uFyAzODMtNygtLisBCgoKDg0OGhAQGy8mHiItLi0tKysvLS0tLy01LS0rLy0tLS8tLS4tLSs3LSstLS0rNzctKy0tLS0tLS0tLS0tK//AABEIAPsAyQMBIgACEQEDEQH/xAAbAAEAAgMBAQAAAAAAAAAAAAAABAYCAwUBB//EAEQQAAIBAgQCBQcJBQcFAAAAAAECAAMRBBIhMQVBBhMiYXEHMlFSkrHSFCNyc4GRobLDQlNig8IVFjNDwfDxJCWCs9H/xAAaAQEAAwEBAQAAAAAAAAAAAAAAAQIEAwUG/8QAKREBAAICAQMEAgICAwAAAAAAAAECAxEEEiExEyJBURTwodFx8TJhgf/aAAwDAQACEQMRAD8A+4xEQEREBERAREQEREBERAREQEREBERAREQEREBERAREQEREBERARIz4g5ygUGyqxJYjziwtYA+rMusf1V9s/DI2N8SP1r+qvtn4J51z+qvtn4I2JMSN1z+qvtn4I65/VX2z8EbEmJF69/VX2z8E8OJf1F9s/BGxLiQvlb+ovtn4J4ca/qL7Z+CTsTokAY5/UX2z8E8/tBvUX2z8EDoROceIN6i+2fgnn9pN6i+2fgjQ6UTm/wBot6i+2fgmB4q37tfbPwSdDqxIeAxpqFgVC2CnRi182buFvN/GTJAREQEREBERAREQIJPz7fV0/wA1SecQxyUU6x72zU07ILEtVdaaAAelnUfbDn59vq6f5qkj8Z4f8opdUWsOsoVDpe4pVqdUroRa4plb8r35WlZG88QpgXZwmmazkIwAsCSp23H3iZjFpcDOt2F1GYXIte4HMW1nKxHBNajUmVGfqFvlJOSixOQsCGsczWIIIveQ8D0YFNUBdS6rh16wJla1DPsSxIB6xram1zveNDv/ACxN86+dk84ed6v0u7eYri1Ol7G7KAeySV3yg7jvEqlLo3UegtNxRQrQr4LL1IK9W4p01rBQ5AcrRBy32cKT2bnorwZlqrUDjR6jE2JYrUZmyEHTmva0IseRtJ0JNfpDRV3pnrc1Nc7/ADFfKF7dm6zJkIORwDfUiwm/FcRRLZiddiFZl1qU6YBYCwOaouhNzqR5ptA4lwrrTiLsuWth6eHykXAyNXLE+kEVgLfwn0zm4/o3nYlTTC/OgUyl0tVrYKsQVGhH/SuCOfWeMaNLP1o01Gu3f4THPKs3R6pen2qSha64gqiAZbYsYhkQ5bkMoynVRcs1jmsuFTo3VamaZqqgFOjRSomYVVFFqrdYDpZmzqthsC+pvaToWsvMbyPh0yoq5VWyquVPMWwAypt2RsO6Z55bRttmBmPWTVUePCJbS1prM19ZPRUjqHR4P5z/AEafvqTqzk8FPaqfRp++pOtKykiIgIiICIiAiIgc2ufn2+rT81SY4vGJSQ1KrqiLqzMQqjW2pO2pE8xh+eP1afmqSs+Ud/8AtuJ+gn/sSRadRMr4qdd4r9ytYqTw1JRek3SINTw/ybEKabVhSrVErKgFkLLTNazdXmI3tfTleQMVxDELhabNi6bBatdmCYqmtWrRQaKuIy2aohbUW1sJT1IaK8S0xEzPl9EepNZaVzi3EWHDGxFJnB+TCojvlFS5QEM1hbN6bC19pycXWrI2FoVMbURKwq1alc9UjZgiFaSMVy01uSbWJ5XlpvEfClOPNvn5n+I2uVbFojKrOqs5KoCQCxAuQoO5tNhMoXCuK1ahwWap1gOKxVPrMq3q06auEfQaHS1xbaTOifE6jVnpV6zVKhpmsCjUamGamXsr0sgzJuBlY67xXLEytfi2rEzvx/cwuBaYl5rv3zwmdfDIyLTBmnjGayZXYzLzBnmDNNZaBmWmYM0ZpkpjRt2OAntVPo0/fUnZnF4B51T6NP31J2pCSIiAiIgIiICIiBxuIH54/Vp+Z5rIBFiAR6DtM+Jf438tPzPNBaWiDbPqEsVyLlO4yix8RbWePhqZUKaaFRqFKqQO8AiwmOaLydQdU/b2sAwIIBB3BFwfEGR8TQR1yuiuvqsqsum2hFpsZpqdpWe5Ey8yJ2eyvY8zQdnS3Z9XTTSaKa0KJ7K0qRqNbsqiGo1ieVszWv8AjMi8rfS5znwmWoKZ+UizkAhSabi9joTrpfmRKW9sbdsNZyW6d+f9rZmE9vKRQ4zVNN6Zrs1RcW+Gp1KVKk1SqFTNYBiKasL6sdLLbc3nlDjOKqUaAWqFqPi6mGZ2SmTlVamrIvZzCwPZNrrzBN6erDt+Ff7j97/S5GupYoGUsoBZbjMA18pK7gGx39ExZpSOIVK1Kvi3TEqr0sLQdmNNCappox806ICb3sN2W3fnxnj9YU+spOysuHpV3pCkjIpqDNarUdr2OwCai3OPWiN7T+FaddM+f6j+1vYzWSJwGx1dsU6K4WlTp0qrLkDM2bPdA19L2312FtzIfBeKYqr1blCadRHYkqiU0NiaeRg5ZgSMpzC/OW9WNqfiW1vcfvdbAZkJX+juPquXSuSKqhC9NqYTIWzaowJDobaHfsm++ncBl626o24Zcc47dMu50c86p9Gn76k7k4XRs9qp9Gn76k7sKEREBERAREQEREDicU/xv5afmeQ2a0l8W/xv5afmecbiOKC85O+xpNVxM7zlYTFZjJ2aQNjNNTmYs01u0mIGt2kbE4enU0qIjgXsGUMBcEHfuJH2zKq80l48pi0xPYPDaBpiiaNPqwbhMi5QddQLaHU695m+jgaShQtJAFY1FAUAKxuCwA2Op++aFebUqSOmPpM5LT8yxxvCsPVJapQpuxtcsoJ7Og1PjNOO4XQqtmqUUdrZbsoOno/E+EktUmmpU5mOmPpMZbx4mWIoqGLhQGIVS3Mhb5QfC5kWhwmgjFlooCQwJC8m84W2F+6bTXB2N9L78twfDUTwVRpr4SemFfUtHzLZgOH0qN+qpqma17bm21ydbC+g5Xk4GRFebg0RER4JtMzuZd/ov51X6NP31JYJXeih7VXwp++pLFIQREQEREBERAREQOFxb/G/lr+Z5S+LJQesab9YHtmBV6irroL27I1FtZcuMn57+Wv5nlY4xwtKjLUIuwNx3GxFx32JF+8zNycM5axFZ1/h3wZK0tu0bQuE4QK+ZajsLbMVK62NxZQb8pYi052Fp2kp3nXBjnHXpmdqZb9dt60yLzTWqWmLPOfxGvYTq5s3rzA1Jy1xmskh4VShUm1asgB5ktSSJzVZpqPfQzT1k1vUhL2pRQknXW4Op5kk+G5++Fw6Zg1tRcDU7E3I8Ndu4TX1kzDwjaRhKKJ5ot3DQb3J8ZLzyCrzM1IStXQ5rtW8KXvqSzyp9Bmu1fwpe+rLZKpIiICIiAiIgIiIFc4+1qw+rX8zzlVmvOh0ma1YfVj8zTi1sQBuZKYZqYd5A+Wi+88fFgyNiYakyVcO4CuwDm+5sLAgb/aJzRih6ZA4lTDajQ+mZuTivkrqk6XxWrE+5nxbhYU56LZlAzEAhiB62n7Pf3GY4ZrrIFUKaLg3FY3UMuhNxo5PK1zprqNtdJGBGVADrYAfcLSnDnJqa3+F+RXHExNG96lp4tWaKjTVmmzbMnirMWeQ88ZjHUJYabFaQVczdTqSYnYmhoJmkNMi0kW7oDvX8KXvqy3ym+T461/Cl76suUqtBERAREQEREBERAqfSw/PL9WPzNKXjKNapUVFBAbYgi58BLh0ya1Vfqx+Zp84XprUw9dqaorA2F20K7+aR9KZOXOTp9jthiJlK4pwqvhnUPbK5Kq1wTcLmswG2l/unLTiYLNlJZVKqWCm2Yi5X/e9pYa4rYrFUn7QU9lEsSAWAD1Dfew93fLbxDD4WlRXBoUUh6VUA2BOSqrs59JJU38Z5deXasbtLVfHWuomO751Vx1MKrLWVrnLYHW47pMo4jMN51eIdA8McZSZWC0qxqMQp3qA5mIOwvc6D0Ss4igcPXq07khKmUX9BsVuftE3cbl1t22z3xxMbhNqLrNqGa2NxAabtszMicTjXSSjh7i+Z/VH+pnO6U9KVp3p0z2tjKdQw5qPcq1RjrlA9943rvK9abd09OKjN2Qqjwv+JnV4T00Vjlq28QLTgY3gNUuhTD5U01JA+1tdphiOi9YC5NPNqbBiPTbf/SU9an20fjZO/t/h9EocXoPotRb+jYyX4T442FqKbq2y5yBrlsSCD6dRylg6MdK2BFOqdORM6xMT4Z7U0+iq82Z5Ep1Qyhhz1njVJbbmvnk6Otfwpe+rLpKN5M2ucR4Uf1ZeZCxERAREQEREBERApfTo/OD6v+ppT+GdG6GKpFso667ZanMOtyB4aWlx6bC9Vfq/6mlA4jhHVWNJipJvcEjX06c5j5WK149s6d8N4q7fB+Lsappt2QrqibHtA2IFuRvJvTjoh8vxC6tTCUnIdbgs4Pm6chp4k90pXC2eklrXObPc6nNz1newnSjFUayu1Xr1ytdGCqBmsbBlW4IsPTPJ/HvjtuvZqvaLTuHKr0OKYHCF6NsVhdHZXB66kQdSttdLGZYjpbSx+SpTTKxphaoI2a9xY89jr3ztcJ6RhKFVMQCy1GZiFHNySV7hcytYCil7qgTQXAmri167e+vePmOzjl9u9JvKQ+LYnqqTv6AT9wkxjK903J+TNbuv4X1nqwyx9qTwak1aoxsGc63Y6C53Ppl24Vw4KczVluSLhRtYeicHo3gVNNWUWY7sTbn7pbcJwZMrtUqZRvYEjS22mv8AzMXJyR429bhYtRFtOglSmBY1WLbWIQXOgACsL8xykXHO2cItOo7qMxUFBdb7XJsT920zRPm1GGGRTchlp6nskqWB5ekHXw3k3AYlSVtVQ7qyk2OZWIJAuSCbgnXUEX3nnzPT3h6kWmeymN0bqVSKuRqd7rZRTYnMbkt2rDW+nfODxzo91ALqWNidTbkddp9gwzG9lU6IM+lrENe9/Scx8RKR01dVoVV0sWuDe5u17W7jb8Zp4/Lva8VYeTxccUm3y29EcealAX32nZLSt9C6WWgPv+/WWFZ6zw5hfvJadcR4Uf1ZfZQvJcNcR4Uf1ZfZKCIiAiIgIiICIiBS+nDWqp9X/UZT8TVEsnlJrZatP6s/mlMUZiA7Cmp1zNpp6QN2+yc8mStfK9KWt2gZxaaaSBppbDHLmY2B2NiL68gdZo4LiwXdQbgNYH/icqZKZNxDtfBfHXqlOrUbCe0RYTZidpHDaTrERDh3lmzSLxDDirTZDsQRNs9kphQ+C4x6DGi4sVJAJ9Etgxthm6oP2b25k93KQukHCRUGZR2hODQxVSkAHzGx0InDNg6u8NuDkTSOmfD6RhMYjLtVuEL5bBkax1Av+1fSc7iCdtUq0KdOkGzKWOUljqLLTB2AFyDKtw/HlGGWs6gXJ9BvuPCb6nEVtZiWA0A+/b0DWYo401t2bY5VZr3W7GVFogvRWktRlVbqxy5dezlsL7mUbj9Prq+XMX0XMf2Qd7ATBVdubW5XOoHKdLheBsZs43E9Oeq0svI5Xq16YjUOtw2gEQACTlmtFmyannSv3ku3xHhR/Vl8lB8lm+I8KP6sv0lUiIgIiICIiAiIgUTygYZWrU2Z3AVPNTKGYljbtWzC1r9kgn8J85xWLCEohVqj3KplBBXKoJY3uR2W113O8unlcFVnopSNNMya1ajABLPcWT9trZiBsMlzPlacbpJlWkpNmDVXqkZqt8yMys/aNTUgbai3K087NjtbLM+f+v8Ax6nGyVpjjf7/AITq+JqgKa5NSoewaS353JOmltBp+Mx4CzXUvbMy3OUWXc2sb6+M9weOBqNWpqMwKhrnVrHq29OqgctDl+2S8NQHWFxe1gLctO70y2GLRPhbkWrNfP79p+Nr2EjUqmk9xOBrVNRZE1u5IGg3tec6z0anV1PQHU8mVh2WHdv9xmqmSlp6YnuxThtWu5h10F5sKzThnvJDmWcZ8ozmQMThVblJtUzUBJidLROnJbhYGwinw0Ts5J4ElutPUhU8IBJVKnbabMs2IsibTKJlsRZmBPFmYkOUr15LxriPCj+rL5KH5L98R4Uf1ZfJaAiIgIiICIiAiIgfGPL/AJeswocm2V2CgkMWVltY9wLDY+dPmXFK1PEhBQBdURFZLZMp11LADN+O3iT9e8svB1xFbDlr3RGKkEi12F/yiUnh/BEpCyqBrec7V77dq31XSJwLhmQAElrXAJ3tcn/Wd+jhiWCruSAPtmyhRtOzwJQrGoVzW0G2+84cnNGLHNl8VZyXiISMRQcLUUqSyUlKu2Xq9bgkXtY9m9yb7bStdIMEKiqVfMR1eU3U9XmBUrv5jFQ1tbHYm9pYuL8VNUA9VUyi/qgE9+Yn3cpVeN8RF8uGUBtNwb9k3BJAsAp1FtSV8Z43Ftfr6o7PXtjjo9yFwlzcqdxv/wDZ1ak4HA0dKgp3zKiKoPO+tx37Cd6pPoK26o28bLXptpGqQizJhMlWSoAQBNgECEbaiJ6pmxlmBEIZAzMGaxMryUaX7yXb4jwo/qy+SheS3fE+FH9WX2TCCIiSEREBERAREQKF5RFvVp/V/wBRlQKT6B0w4TVrVENNCwCWJBUa5ieZEr56L4n9y33p8UjSHAUSJikdbtTYq2h02NvSDLSOi+J/ct96fFPKnRbEn/Jb76fxSl8dbRqYXpe1J3VRsVjMU/ZNTTuAE0Jw9juxl2qdDcSRbqW1uPOp8/8AymP9ysTv1T8/26fxSlcVKf8AGsO88i1vMqvgMEE2kqoJ3v7m4r90/L9unyv/ABd8wboZi/3T7W8+n3a+dvpL9/pymYmfKv5ZtVZ2R0Kxf7p/bpfFM16GYu1uqfl+3T5X/i747/SJ19uGVnqCdt+huLP+U/tU+/8Ai7/wExXoZjOdJ+f7dP7vOjv9Go15cvL/AL5yv169TKpXDh8iUjn6wJY6NUyU8pLKRl5X0sBL3T6I4sG/VP4ZqfxTlYvyfcQcvlY01YAABKRIAQJbManpAO1xyIkxH2r4c+m1wDYi4BsdxcXse+eywf3QxlheiSbakGmB9gzx/dDGfuG9ql8UkdzyVb4nwo/qy/yodAOD1sOa/XUymYUstypvl6y/mk+sPvlvkwgiIkhERAREQEREBERAREQEREBERAREQEREBERAREQEREBERAREQEREBERAREQEREBERAREQEREBERAREQEREBERAREQERED//Z


Michel Volkovitch en fait un très beau commentaire dans son blog (brèves n° 160, janvier 2017).

François Thibaux, de surcroît, figure parmi ses "invités du mois". Il nous donne à  découvrir son texte "Dortoir".


Symbolewww.volkovitch.com






Critique du théâtre 2
Du moderne au contemporain,
et retour

Jean-Pierre Sarrazac
Circé, Strasbourg, Février 2015, col. Penser le théâtre

Critique du théâtre 2









Passage du témoin
Autour de Jean-Pierre Sarrazac
Études Théâtrales 56-57/2013

Passage du témoin



Vers Haut de page








Critique du théâtre 2

Article de Irène Sadowska Guillon
Kourandart

Symbole Lire 

 



Poétique du drame moderne
Jean-Pierre Sarrazac
Éd. du Seuil

Poétique du drame moderne

 






  L'humanité 23 février 2015

ArticlaCritique du théâtre 2

Article Critique du théâtre 2 Lire 

















































































Vers Haut de page


Hélène Berr
Journal
Éd. Points

Journal Hélène Berr





 


Dessine-moi un wagon
Agnès Buisson
Le Manuscrit

Dessine-moi un wagon

Quand son livre est sorti, Agnès Buisson m'a demandé d'écrire un commentaire. Le voici ici reproduit.

On croit avoir vu toutes les images. On croit avoir tout lu. On a été bouleversé par nos lectures de Primo Levi, Imre Kertész, Patrick Modiano, Paul Celan… on a vu encore, tout récemment, Hélène Berr, une jeune fille dans Paris occupé, film de Jérôme Prieur dont on est ressorti abasourdi et triste; malgré cela, on est effondré à la lecture du livre d’Agnès Buisson, Dessine-moi un wagon.
Lui non plus, le père d’Agnès, l'émigré polonais, n’a pas voulu s'enfuir, pourquoi ?...

L'Histoire ne répond pas. On aura beau connaître l'océan de fond en comble, dans toutes ses dimensions son pourquoi reste entier - l’infamie de la concierge, l’effroyable et sinistre abjection de la police... on bute incessamment sur cette sombre vérité. L'ignominie de l’État nous garantirait-elle l'entière responsabilité de ces atrocités, ils ont livré des hommes aux camps et à la mort, EUX, la concierge, la police… L’exception, le courage, et il faut ajouter, la chance, fort heureusement, sauvèrent quand même des vies.
Des décennies plus tard tombent encore les témoignages. Agnès Buissson témoigne quant à elle du récit bouleversant de la déportation à laquelle elle échappe, tandis qu'elle voit son père englouti dans la Grande Rafle du 16 juillet 1942. L’homme est pris tragiquement dans la file des déportés tandis qu'elle et sa mère in extremis se sauvent. Le père d’Agnès décède aux environs pense-t-elle du 20 août 42. C'est cette date par défaut qui flotte dans la mémoire de la petite Agnès pendant près de soixante-dix ans.
Aujourd'hui, Agnès sait. Grâce aux recherches récentes de sa fille, nous dit-elle, elle apprend que le nom de son père est gravé parmi les 76 000 victimes inscrites sur le Mur des Noms au Mémorial de la Shoah. C’est alors que le livre nous restitue la date et toute la lourdeur de la tombe : 15 septembre 1942, 18h30.
C’est autour de cette tombe, insituable et muette pendant des décennies, dans cette brume suffocante et avec Agnès qui chemine, que le livre progresse et refait le chemin inouï de la petite. Agnès. Enfant cachée. Arrachée de justesse à l’enfer des adultes. Un long, très long chemin de douleur et de connaissance pour celle qui nous confie sa colère et sa peur. Nous qui suivons ce chemin sur la page tristement, voudrions consoler cette petite fille qui pleure. Elle  nous dit "tu", Agnès, et ce "tu" familier fait de nous des lecteurs ô combien désarmés : de tout petits lecteurs qui avançons gravement derrière un défilé ininterrompu de cercueils.
Pourquoi lui ? Pourquoi pas moi ? C’est cette croyance confuse d’illégitimité et cette éternelle colère torturante qui l'obsèdent.
Qu’aurions-nous à lui dire si nous pouvions nous-mêmes nous sentir légitimes d’énoncer quelques mots, nous qui sommes nés après et qui ne sommes pas juifs, mais qui voudrions croire, désespérément, douloureusement, à l’humanité et aux hommes ? Dessine-nous un wagon, oui, dessine-le, chère Agnès, avec en haut, à droite, cette minuscule lucarne autour d’un ciel tout bleu. Ajoute un peu de vent. N’oublie pas les barreaux. Dessine encore pour nous qui pourrions oublier qu’une seule lucarne pour tous ce n’est pas assez, ce n’est pas assez…

juillet 2013-février 2014




  L'Or
  Blaise Cendrars
  Folio

L'Or

  Le métier de la neige
  Michel Lambert
  Éd. Pierre-Guillaume de Roux

Le métier de la neige

 J'irai les yeux fermés
  Anne Cayre
  Éd. L'Harmattan


J'irai les yeux fermés

"Pendant les quatre derniers mois de sa vie, chaque jour, page après page, ligne après ligne, obstinément - au prix d'efforts considérables - Anne Cayre voulut terminer ce qui allait être son dernier livre : J'irai les yeux fermés.

Ce roman, qui relate un drame intime vécu par une adolescente, constitue une interrogation profonde sur l'enfance, l'identité, la féminité."

(4ème de couverture, extrait)







La revue de belles-lettres
2013, I
Henri Thomas
Éd. Société de Belles-Lettres de Lausanne

Henri Thomas La revue de belles-lettres



Vers Haut de page



Taches de soleil, ou d'ombre
Notes sauvegardées 1952-2005
Philippe Jaccottet
Éd. Le Bruit du temps


Taches de soleil, ou d'ombre


Sur la scène intérieure
Marcel Cohen
Éd. Gallimard



Sur la scène intérieure




 
ÉVÉNEMENT











Vers Haut de page


  MARION RAMPAL
   NOUVEAU DISQUE


   Allez voir. Écoutez...
   C'est    très     beau !

 
Symbolewww.marionrampal.com


 

https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRUgGoG33BCyAgNjhzTheVZYb8uOI-tjWU8bfZr2GLWCP25qP6Z






















































Vers Haut de page

ARCHIE SHEPP
ATTICA BLUES BIG BAND
 
CONCERT


09          Chapiteau
Août      23h
2015
 
 
Attica Blues Big Band

Archie Shepp / saxophone, voix
Olivier Chaussade / saxophone
Virgile Lefebvre / saxophone
François Théberge / saxophone, flûte
Jean-Philippe Scali / saxophone
Izidor Leitinger / trompette
Olivier Miconi / trompette
Christophe Leloil / trompette
Sébastien Llado / trombone
Michaël Ballue / trombone
Romain Morello / trombone
Pierre Durand / guitare
Amina Claudine Myers / piano, voix
Tom Mc Clung / piano
Darryl Hall / basse
Famoudou Don Moye / batterie
Marion Rampal / voix


I Hear the sound



Symbole Logo You Tube




Jazz in Marciac
THE SOUND BEFORE THE FURY
ARCHIE SHEPP
ATTICA BLUES BIG BAND


Autour d'ARCHIE SHEPP, une actualité de LOLA FREDERICH, MARTIN SARRAZAC et MARION RAMPAL...

UN FILM DE Lola Frederich et Martin Sarrazac

09
           Ciné Jim 32 Marciac
Août       14h30
2015       La projection sera suivie d'une rencontre

Autres dates : 05 août à 13h30, 10 août à 13h30

The Sound before the fury

En janvier 1972, Archie Shepp enregistra l'album Attica Blues en hommage au soulèvement de la prison d'Attica. Il revisite ce répertoire 40 ans plus tard. Le film le suit, ainsi que les 25 exceptionnels musiciens qu'il entraîne avec lui — le big band Attica Blues - jusqu'au concert d'ouverture à Paris. Entrelacée dans la narration, à travers des images d'archives, des entretiens enregistrés à l'époque, nous découvrons l'histoire des rebelles d'Attica. De ce dialogue entre création musicale et mémoire émergent des associations et correspondances qui mettent en lumière la démarche esthétique et politique de Shepp. La musique, l'orchestre et son rassemblement autour d'Archie Shepp, sont une célébration de l'esprit de la Commune carcérale d'Attica.

The sound before the fury
a été sélectionné en compétition internationale

au Festival international de Lisbonne 2014

Festival Doclisboa

au Festival international de Films de femmes 2015
Maison des Arts de Créteil

Festival Films de femmes

Symbole Logo Vimeo













































Vers Haut de page

Main Blue


Péniche Anako

61 quai de Seine
75019 Paris


RESERVATIONS
0610768970

Places limitées (100)

Symbole Écouter 



Symbole Logo You Tube












CONCERT
Péniche Anako
30 avril 2015
20h30
MARION RAMPAL
MAiN BLUE


Marion Rampal/ chant, compositions
Pierre-François Blanchard/ piano, claviers
Anne Paceo/ batterie


Main Blue 2

Après bien des tours sur ses propres compositions d'influence pop-rock avec Own Virago et We Used to Have a Band, et des détours jazz avec Raphaël Imbert, Perrine Mansuy ou Archie Shepp, c'est au cours d'un voyage buissonnier aux USA que Marion Rampal est allée pêché les drôles de mélopées qui composent MAiN BLUE.
Il s'en suit un répertoire foisonnant et étonnant, cette fameuse Libre Pop Music chère à son instigatrice, un carrefour des influences d'étiquette apatride… Va-et-vient vivace entre tradition et création, entre les formes du blues ou du spiritual « roots » et ses dérivées les plus contemporaines, entre deux langues et deux continents, MAiN BLUE puise dans ce que le chant afro-américain recèle d'universel : sa capacité à émouvoir au plus intime, à témoigner, comme le disait M. Yourcenar lors de son voyage de « l'unité profonde de la race humaine devant la douleur »


























Programme
Editions TNSJ, Porto, 2015
O fim das possibilidades
Uma Fábula Satânica


Programme O fim das possibilidades



Le début des possibilités
Article de Joseph Danan
Symbole Lire  

La fin des possiblités
de Jean-Pierre Sarrazac

Article de David Lescot
Symbole Lire


O fim das possibilidades
La fin des possibilités

Jean-Pierre Sarrazac

Traduction Isabel Lopes

Editions TNSJ, Porto, 2015


Livre O fim das possibilidades























Vers Haut de page



Affiche O fim das possibilidades











Photos
du programme



Livre O fim das possibilidades















L'humanité 20 avril 2015
Chronique de Jean-Pierre Leonardini
Symbole Lire




Dates

Teatro Nacional
S
ão João Porto

13-27 mars 2015


Teatro Nacional
D. Maria II Lisbonne

10-19 avril 2015


Centro Cultural e de Congressos das Caldas da Rainha

29-30 avril 2015





Teatro Nacional São João Porto

O FIM DAS POSSIBILIDADES
La fin des possibilités

de Jean-Pierre Sarrazac
Traduction Isabel Lopes

Mise en scène Fernando Mora Ramos et Nuno Carinhas
Scénographie et costumes Nuno Carinhas
Lumière Nuno Meira
Son Francisco Leal

Avec
Alberto Magassela, Alexandre Calçada, Carlos Borges, Catarina Lacerda, Fernando Mora Ramos, Ivo Alexandre, Joana Carvalho, José Carlos Faria, Lígia Roque, Maria Quintelas, Paulo Calatré, Paulo Moura Lopes e Fábio Costa, Isamar, Luís Santiago, Olga Dias, Pedro Nogueira, Tiago Moreira





Photo O fim das possibilidades


Photo O fim das possibilidades




 Publico 20 mars 2015
Article O fim das possibilidades  

 Symbole Lire   



Photo O fim das possibilidades


 Symbole Plus de photos




FRAGMENTS






















































Vers Haut de page






CRI N° 106

L’écrivain
Une drôle de séance chez le juge Machard m’a donné cette nuit à penser. Voilà.

Le juge
Alors ?
Un enfant de douze ans
Je lui ai cassé le bras et puis je l'ai coupé.
Le juge
Bon, c’est bien, tu avoues, tu n’es pas menteur. Je résume donc. Tu l’as d’abord cassé, c’est ça ? Et puis tu l’as coupé ? C’est bien ça ?
L'enfant
Oui.
Le juge
Bon. Bien. Tout ça me paraît très clair. Il vous a donc cassé le bras.

L’homme au bras coupé
Oui. Et puis il l’a coupé.
Le juge
Il l’a coupé, c’est vrai. Mais enfin… il était déjà cassé. Qu’est-ce que tu en dis, toi ? Tu me regardes quand je parle. Regarde-moi puis après le bras. Le bras est coupé nous sommes bien d’accord. Il est donc coupé, absolument détaché du corps, nous sommes bien d’accord. C’est une histoire assez banale dans le fond, car on se bouscule et dans une bousculade un bras est vite coupé.
L’homme au bras coupé
Il n’était que cassé. Mais ensuite, il a pris le couteau et il l’a tailladé.
Le juge
En deux. Il a donc coupé le bras en deux. Apportez-moi le bras plus près dans le sachet que je le regarde. Le bras est bien coupé. Il s’agit bien du vôtre ? Un coup de canif, n’est-ce pas ?
L'enfant
Oui.
Le juge
Un coup donc sur le bras qui était désossé.
L’homme au bras coupé
Oui.
Le juge
L’affaire est donc toute simple. Vous vous êtes bousculés. Dans cette bousculade votre bras s’est cassé puis a été coupé. Bien. Consignez, s’il vous plaît, ici, l’ordre des faits. L’ordre des faits bien sûr est ici capital. Il a coupé le bras, c’est vrai, mais le bras, avant ça, était déjà cassé. Vous me suivez ? Consignez, s’il vous plaît, l’ordre établi des faits, d’abord l’ordre des faits, leur généalogie. Une hiérarchie, n’est-ce pas, facile à consigner. Je résume donc les faits...
L’homme au bras coupé
Mon bras ! Il flotte. Il flotte… Regardez-le, il flotte !… Tout seul ! Regardez-le flotter. Tout seul, voler dans l’air, onduler dans l’espace. Solitaire… Mais regardez-le donc, il flotte, il flotte, comme si je n’y étais pas...
Le juge
Il flotte, il flotte, mais bien sûr, mon ami, il flotte… Tout flotte si vous regardez bien. Regardez donc la lune, sa sorte d’ondoiement, et le soleil derrière, les étoiles, les fenêtres, la lune, tout ne flotte-t-il pas ? Les toits sur les maisons, en cercle, au-dessus des arbres et autour des nuages… Tout flotte !

















Vers Haut de page



Les gouffres
   LE TEMPS  

  Les gouffres






Dernière barque

Vers Haut de page

DERNIERE BARQUE

Dans la nuit du 29 au 30 janvier 2006, de 23 heures à l’aube et jusqu’au lendemain, aux environs de 16 heures, la flamme de mille hublots était pleine de promesse dans les yeux de Micheline. Et sans cette couverture de laine rouge qui l'étouffe, elle pourrait même sauter ! Quitter son lit de mort jusqu'à la passerelle du bateau.
On embarque !  crient les mouettes...
Le bateau amarré flotte à quai et attend et fait vibrer le port à coups de trompe sonore ; on entend le claquement fantomatique d’une porte, l’emballement des moteurs et des bouillons d’hélice.
On embarque !  crient les mouettes...
Puis la coque se détache, l'acier fond dans la brume, la forteresse recule et le bateau s'en va, poussé par un seul doigt.
Je vais me coucher, dit Micheline, alors qu'elle est au lit devant sa propre fille et morte depuis une heure. Je vais quitter le pont, descendre dans ma cabine, puisque c'est l'heure, dit-elle, puisque c'est l'heure pour moi.
Et comme
est lente la barque ! Comme elle est lente et glisse celle qui emporte Micheline, celle qui lentement s'éloigne et flotte avec la morte, entourée de sapins et de morceaux de glace !



GALERIE




 
Paul Fave
Un choix de photos





C'est un choix personnel. L'ensemble balaye cinq années de photographie.  Chaque mois, Paul Fave envoie à un petit cercle d'amis ce qu'il intitule "La photo du mois". Chaque mois, nous découvrons son travail. Hormis la prouesse technique qui les accompagne, il se dégage de ces photos une sensibilité que l'auteur ne reconnaît pas toujours volontiers. De fait, la beauté saute aux yeux. Je vous laisse regarder, contempler ces clichés et connaître, je l'espère, le plaisir que j'en éprouve.


Portrait





La Dispute

Paysage d'automne





Les phoques, Musée de la mer, Biarritz

Le mausolée de Phelipeaux




Dans mon jardin

Mr Jack, braque de Weimar




1er octobre 2012

Lune, mai 2010




Goutte à goutte

Des visiteurs dans mon jardin




Dans mon jardin-2

Marché aux poissons, Biarritz




Vol de palombes

Le pied violet




Sans titre 3

Moret-sur-Loing




Dans le quartier de la Butte aux Cailles
  L'HIVER POUR DE VRAI



Les moineaux





Un moineau





Le rouge-gorge




Un merle frigorifié




Le merle (en mouvement pour se réchauffer)





Un pinson





Un pinson 2





Se réchauffant au soleil : la bergeronnette












Bénitier






Bénitier 2

Le beffroi et la vieille bourse, Lille




Place Sainte-Croix

Calvaire en Gascogne












Rouge gorge 1








Rouge gorge 2





Sphinx colibri


Sans titre 2

Sans titre 1



Dans mon jardin-3



Poisson, Musée de la mer, Biarritz




Trois gendarmes




Sans titre-4




Un syrphe


Vers Haut de page











 
Gérard Cabus
Pastels 2012-2013





Je connais Gérard Cabus depuis cinq ans. J'apprends auprès de lui, outre l'art du dessin et celui de la couleur, à regarder des pommes. J'apprends à voir combien chacune d'elles est unique et combien la lumière y révèle de variantes. La lumière, son spectre coloré : une des quêtes principales de ce grand pastelliste.






Lit 10




Lit 6



Nature morte 11







Nature morte 21



Nature morte 40







Nature morte 8



Nature morte 26





Nature morte 47


Nature morte 43






Nature morte 12







Nature morte 34


Vers Haut de page





RADIO



Logo France Musique



















Vers Haut de page

Marion Rampal
Chant
Pierre François Blanchard
Piano

4 mars 2014

22h30
Un mardi idéal
FRANCE MUSIQUE
Par Arièle Butaux

Agnès Varda / Michel Legrand, Sans toi, extrait du film "Cléo de 5 à 7"

Anne Sylvestre / Gabriel Fauré, Le Secret

Paul Verlaine / Gabriel Fauré, Prison

Prochains concerts :

16 mars : LosT ArT sOng à la Cave a Lulu de Forcalquier, un concert organisé par la Cie Nine Spirit, direction Raphaël Imbert
16 avril : 1er concert du nouveau trio de Marion Rampal « Main Blue » avec Pierre-François Blanchard et Anne Paceo au Théâtre du Rocher de la Garde.

Au programme également :
Nikolaï Lugansky, piano
Carmen Souza, voix, guitare, Théo Pascal, guitare basse
Pierre Gallon, clavecin







Suzannne ou le récit de la honte












Vers Haut de page

Suzanne ou le récit de la honte

13 janvier 2014

22h
Par Ouïe-Dire
RTBF La Première
Réalisation de Pascale Tison et Pierre Devalet
Interprétation de Nathalie Cornet


"Dans ce très beau texte, la romancière Christina Mirjol nous donne une Suzanne que la honte englue peu à peu ; elle reste pourtant vivante jusqu’au bout, assise sur un banc de la place Montalbert, incarnée dans un parc bruxellois par Nathalie Cornet. Elle a cinquante-deux ans et vient d’être mise à la porte de son bureau. Elle se couche le soir même sur un banc de la ville pour ne plus le quitter. Au-delà du fait sociologique et de la honte éprouvée par le déclassé, l’expérience de Suzanne est de l’ordre du refus existentiel. D’où viennent cette honte et ce refus têtu de réintégrer le corps social ? D’où vient cette descente avilissante et hallucinée qui la rend si étonnamment singulière ?


Un splendide monologue qui nous raconte une trajectoire personnelle et un superbe moment d’actrice. Le texte intégral de Christina Mirjol Suzanne ou le récit de la honte est publié au Mercure de France."


Par Ouïe Dire

Nathalie Cornet











Jean-Pierre Sarrazac




























Vers Haut de page

La Boule d'or
Jean-Pierre Sarrazac

9 septembre 2012
21h

Théâtre et Cie

FRANCE CULTURE
Lecture dirigée par Jacques Lassalle
Réalisation Jacques Taroni

Avec :
Catherine Hiegel : l'immobile
Didier Sandre : L'écrivain le héros
Julie-Marie Parmentier : La stagiaire
Bernard Bloch : L'imprécateur
Hugues Quester : Le journaliste
Julien Bal : Les didascalies

"La Boule d’or est le nom d’un café aujourd’hui disparu – remplacé depuis des décennies par l’annexe d’une grande librairie – où se retrouvait, autour de 1968, une partie de la jeunesse contestataire parisienne. Or, voici qu’au milieu des années 1990, alors que le fameux café n’existe plus depuis longtemps, certains de ces anciens jeunes gens extrémistes désormais quinquagénaires, qui publièrent ensemble autrefois une revue dédiée à la Révolution, reçoivent une série de mails signés du pseudonyme de Pluvinage et les convoquant à La Boule d’or pour régler d’importants contentieux. Sur cette trame quasi policière, différents lieux vont mêler leurs espaces et cinq personnages vont s’entreparler, tantôt l’un en face de l’autre, tantôt à distance : outre L’Imprécateur, qui se cache sous le nom très codé de Pluvinage, L’Écrivain-Le Héros, ancien militant d’extrême-gauche devenu un romancier reconnu et un dramaturge débutant ; Le Journaliste dont l’évolution de son journal – et la sienne propre – taraudent le moral ; L’Immobile, ancienne journaliste et ancienne amante de l’Écrivain et peut-être aussi du Journaliste, qui a tout quitté pour la peinture et la campagne ; enfin, La Stagiaire, fille de l’Immobile, qui veut, elle, faire sa place dans ce Journal dont sa mère fut un des piliers et qui, à ses heures perdues, tente de se retrouver un père…


Dans ce lieu qui n’existe plus, une « conspiration » depuis longtemps éventée achève de se défaire. Pris dans des liens invisibles, des personnages essaient de se libérer du passé – en le retrouvant."

 Dernière mise à jour Août 2017